Port de pêche de l'Herbaudière - Noirmoutier

Le port de l’Herbaudière

Entre pêche et plaisance : les marins sont ici !

Bruits de moteurs, sifflements de haubans et claquement de drisses : bienvenue au port de l’Herbaudière. Premier port de plaisance construit en Vendée, c’est aussi un port de pêche animé et un lieu de promenade agréable avec ses boutiques de souvenirs, ses bars et ses restaurants.

Naissance du port de l’Herbaudière

Située à l’extrême pointe nord ouest de l’île de Noirmoutier, l’anse de l’Herbaudière servait d’abri pour les bateau-pilotes de l’entrée de la Loire dès le 17e siècle.

À la demande de la chambre de commerce de Nantes, une première grande jetée est aménagée à partir de 1869, suivie d’une deuxième en 1950, qui constituera un bassin protégé : le port de l’Herbaudière est né !

 

Au début du siècle, le port de pêche de l'Herbaudière est un port sardinier. De nombreuses pinasses (petites barques), barrées par des équipages noirmoutrins, assurent une pêche importante. L'île compte alors 4 conserveries qui absorbent presque la totalité des apports de sardines. Lorsque la dernière conserverie ferme en 1965, l'activité perdure grâce au crabe et à l'araignée.


En 1973, on y installe un port de plaisance : ce sera le 1er construit en Vendée. En 1976, grâce à un dragage considérable, le port devient un port « en eaux profondes », le libérant de la contrainte des marées. À ce jour, on recense 574 places de bateaux.

 

Port de pêche de l'Herbaudière - Alexandre Lamoureux

Le port de l'Herbaudière - Joncheray

Port de plaisance de l'Herbaudière - Alexandre Lamoureux

Port de plaisance de l'Herbaudière - Alexandre Lamoureux

Un port de pêche plein de vie

En 1980 l'Organisation des Producteurs Pêcheurs Artisans de l'île de Noirmoutier créée une criée. Ce sera la première du genre dans le département. Aujourd'hui, une centaine de bateaux débarquent le produit de leur pêche à l'Herbaudière. Ils arborent fièrement les lettres NO, immatriculation du port aux affaires maritimes, qui signe si souvent l'île de Noirmoutier.

La pêche noirmoutrine est principalement côtière, les fileyeurs et ligneurs embarquent pour la journée, au matin, ils remontent les filets et les lignes mouillées la veille. Le port de pêche de l’île est réputé pour la sole et le bar de ligne. Dès sa capture, le bar pêché un à un bénéficie de l'étiquetage "Bar de ligne" et d’une attention toute particulière. C'est un gage de qualité qui garantit l'origine du produit, sa fraîcheur ainsi qu'une technique de pêche "douce", préservant la saveur et l'aspect du poisson.

La criée est quotidienne. On y débarque aussi homards, seiches, lieux jaunes, dorades, rougets, congres et lottes... La fraîcheur, la variété des poissons et des crustacés rapportés par les patrons-pêcheurs, le soin dont ils font preuve pour préserver la qualité de leur pêche, font la richesse de ce joli port vendéen. Les poissons pêchés sont vendus aux professionnels et aux restaurateurs de l’île, mais aussi à certains grands restaurants parisiens, canadiens ou russes.

Vente de la pêche du jour au marché - Jean-Sébastien Evrard

Vente de la pêche du jour au marché - Jean-Sébastien Evrard

Portrait : une sirène parmi les poissons

Parmi les 70 bateaux de la flotte noirmoutrine, l'Aumyjelia, fileyeur-palangrier de 10,70 m, a la particularité d'appartenir à l'Aurélia Sorin, la première femme patron-pêcheur de l'île. Initiée par son père dès son plus jeune âge aux courants de la baie de Bourgneuf et à la pêche, Aurélia a su très tôt qu'elle prendrait la mer. À seulement 23 ans, la jeune femme, formée par Hervé Billon, déniche désormais avec Jérémy, son mari, soles et raies, congres et bars, dans les eaux côtières de Noirmoutier.

Port de l'Herbaudière au coucher du soleil - Jean-Sébastien Evrard

Port de l'Herbaudière au coucher du soleil - Jean-Sébastien Evrard

Balade le long des quais du port de l'Herbaudière - Joncheray

Balade le long des quais du port de l'Herbaudière - Joncheray

Le port de l'Herbaudière en images